Savoirs naturalistes « traditionnels » : l’innovation permanente