Dédoublement

  • Le changement de langue : une arme de création
    face à la langue de bois
    Laurence KUCERA
    Université Paul Valéry - Montpellier III

    RÉSUMÉ

    Directement associée au pouvoir dont elle véhicule l’idéologie, la langue de bois est devenue un objet d’étude sérieux, depuis qu’elle a contaminé dans l’Histoire le discours politique, médiatique ou syndical. Langue figée, qui enferme le sujet et sclérose la pensée, la langue de bois permet, dans un contexte politique tyrannique, la manipulation des esprits.
    Quelle possibilité d’expression et de création s’offre à l’artiste, l’écrivain, dont le principal matériau sont les mots ? Nié dans sa vérité, dans son être, l’écrivain bâillonné, en quête de liberté, préfère fuir vers un autre espace langagier, une autre langue - le français. Il en est ainsi de certains écrivains d’Europe centrale et de l’Est. Le changement de langue devient alors la condition nécessaire pour passer d’une forclusion totale à la liberté d’expression, de création.

    Mots-clés :
    Langue - Pouvoir - Création - Idéologie - Propagande - Totalitarisme – Identité.

    ABSTRACT

    Langue de bois* is directly linked with the power whose ideology it conveys, and this type of discourse has become a subject of serious study since it contaminated political speech and the language of the media within History. Langue de bois is a fossilized and stereotyped language which imprisons the mind and paralyses thinking, especially in a context of dictatorship.
    How can the writer express himself and create in such a context ? He is gagged and prefers to find another linguistic area and to write in another language to preserve his freedom of speech and thought. Some Central and Eastern European writers have chosen the French language as the only way to go from total debarment to freedom of creation.

    * There is no straightforward equivalent to the French phrase langue de bois although it is akin to political correcteness in the English-speaking world.

    Keywords :
    Language – Power – Creation – Ideology – Propaganda – Totalitarianism – Identity.

  • Driss Chraïbi : l’itinéraire d’un acculturé
    Marianne FAGES
    Université Paul Valéry - Montpellier III

    RÉSUMÉ

    Driss Chraïbi fait une entrée fracassante sur la scène littéraire française avec Le passé simple, en mille neuf cent cinquante-quatre. Ce roman, rédigé à la première personne du singulier, met en scène un jeune homme de dix-neuf ans, Driss Ferdi, éduqué par le lycée français durant le colonialisme et subissant un déchirement culturel. À travers l’itinéraire de l’acculturé, la verve affûtée de Chraïbi va s’abattre sur cette société sclérosée. Il s’agira de démystifier la littérature antérieure qui livrait au lectorat métropolitain une vision idyllique du Maroc. Driss Chraïbi a voulu faire voler en éclats les assises d’une langue liée, enchaînée, des deux côtés de la Méditerranée, afin d’établir un pont entre ces deux rives, à travers une esthétique de la révolte novatrice.

    Mots-clés :
    Littérature marocaine d’expression française – Quête d’identité – Double bagage culturel – Colonialisme – Oppression – Révolte – Liberté.

    ABSTRACT

    Driss Chraibi dramatically burst onto the French literary scene with Le passé simple in 1954. His novel written about his own experiences presents the life of a nineteen-year-old man, named Driss Ferdi, who studied at the French lycée during colonialism and is submitted to a cultural shock. Through the trajectory of the acculturate, the cynical and witty eloquence of Chraïbi attacks this sclerosed society. The aim is to demystify former forms of literature which offered an idyllic vision of Morocco to the metropolitan reader. Driss Chraïbi simply wanted to break down the foundations of a fettered and enslaved language on both sides of the Mediterranean Sea, to establish a bridge between these two shores through an aesthetics of an innovatory revolt.

    Keywords :
    North African literature – Identity quest – Double cultural background – Colonialism - Oppression – Revolt – Freedom

  • Les langues totalitaires à l’épreuve de la schizophonie.
    Étude de L’oiseau Schizophone
    de Frankétienne
    Marie-Édith LENOBLE
    Université Paris IV - Sorbonne

    RÉSUMÉ

    Les discours d’un régime dictatorial comme celui d’Haïti au temps des Duvalier s’approprient la parole. Face à une langue totalitaire, comment le poète peut-il encore s’exprimer ? C’est la question à laquelle se confronte Frankétienne dans l’Oiseau Schizophone, œuvre à la croisée du roman et du poème, qui met en scène Philémond Théophile, figure de l’artiste dissident. Arrêté par le Régime zozobiste – transposition des dictatures haïtiennes – , il est condamné à manger son livre. Si Frankétienne et son personnage sont confrontés à la tentation du silence, ils doivent leur salut à un mal étrange : la schizophonie. Cette variante littéraire de la schizophrénie, qui marque la rupture du poète avec le langage, est aussi un remède : celui par lequel Frankétienne recrée une nouvelle langue, celle de la vérité, à partir de laquelle se développent de véritables stratégies de résistance linguistique. Une langue susceptible de déjouer la censure tout en ouvrant au poète un espace de liberté.

    Mots-clés :
    Frankétienne – Schizophonie – Spiralisme – Haïti – Dictature – Duvalier – Poésie – Politique - Langue de bois.

    ABSTRACT

    Under a dictatorial system, such as Duvalier’s Haitian government, power tends to take over every word of the language. Confronted to such a totalitarian language, how can a poet still achieve a form of expression ? Frankétienne deals with this question in his work, L’Oiseau schizophone, a text at a crossroads between fiction and poetry. Its main character, the dissident artist Philemond Théophile, has been arrested by the “zozobiste Regime” (a fictional transposition of the Haitian dictatorship) and is sentenced to eat his own book. Facing the temptation of silence, Frankétienne and his character are saved by a strange disease : schizophonie. This literary version of schizophrenia materializes the gap which tears apart the poet and language but also provides a cure which allows Frankétienne to create a new language, a language of verity, in which he can build linguistic strategies. A language which is able to foil censorship while opening a free space for the poet.

    Keywords :
    Frankétienne - Schizophonie - Spiralism - Haiti - Dictatorship - Duvalier - Poetry - Politics - Political cant.


 
Voir aussi :

Bookmark and Share
 

Dernier ajout : samedi 30 août 2008. — © RUSCA 2006-2017
Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier
17 rue Abbé-de-l'Épée — 34090 Montpellier — France
msh-m.fr - contact@msh-m.org
Accueil de la MSH-M